Alice around the clock…

Oh, l’Amstrad cpc fût pour moi un immense compagnon de jeu mais à la base, mon père n’en n’avait pas fait l’acquisition pour ça. Non, en réalité, il devait être une aide pour mon travail scolaire… ce qu’il fit un bref moment. Sans le vouloir, Lewis Caroll participa à cet éphémère instant d’apprentissage, via le logiciel « Balade au pays de Big Ben » de Coktel Vision qui l’édita en 1985. Propre à cet éditeur, la cassette destinée à mon cpc 464 était soigneusement rangée dans un boîtier de type VHS….

Sans grande conviction, comme vous pouvez l’imaginer, je lançais le soft à but éducatif, notamment pour perfectionner mon anglais. Cela dit cela aurait pu être pire, car j’étais assez bon en anglais, contrairement aux mathématiques et ce fût finalement plaisant de suivre la progression de Alice. A présent, lorsque je lance le jeu, je revois toujours mon père à côté de moi s’assurant que je ne trichais pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *