Renaissance…

Il y a des jours où vous vous levez et rien ne va plus… Passage à vide, absence, appelez ça comme vous voulez mais le fait est là quelque chose ne va plus. Si je regarde en arrière, le manoir du cpc existe depuis… 2004 (la preuve ici). Tel un spectre, il a hanté la toile à sa façon, apparaissant sur le net un jour puis disparaissant un autre jour. Comme la maison Usher de Edgar Allan Poe, le manoir est étroitement lié à la psyché de son propriétaire, lui même hanté par les souvenirs de l’ordinateur qu’était l’Amstrad cpc, accompagné de ses jeux. Bien plus qu’un assemblage de plastique, de langage informatique et de données, le 464 est devenu un membre à part entière de la famille, laissant dans son sillage de nombreux souvenirs… Alors mon vieux manoir, j’ai retroussé mes manches pour rebâtir tes murs avec les pierres que j’avais laissé dispersées derrière moi. Tel l’oiseau de feu, tu renais une nouvelle fois histoire que l’on se fasse une dernière virée ensemble, avant que la bande magnétique de la cassette qu’est mon cerveau ne soit trop altérée et que j’oublie tous ces moments… Mesdames, Messieurs, spectres du passé, sous vos applaudissements au théâtre de l’empire (rest in peace Jacques) voici The Amstrad Cpc Manor

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *